Rencontre avec Leïla Sebbar

© Image par LubosHouska de Pixabay.

Séminaire de CY Cergy Paris Université
Le jeudi 3 février 2022, de 17 h à 19 h

Compte rendu rédigé par Anne Schneider, maître de conférences HDR en langue et littérature françaises, université de Caen-Normandie

Invitée par Sylvie Brodziak (professeure à CY Cergy Paris Université et chercheure à Héritages) et en présence d’AMarie Petitjean (maître de conférences HDR à CY Cergy Paris Université et chercheure à Héritages), l’autrice de nouvelles, romans et essais pour adultes et pour la jeunesse Leïla Sebbar, née de père algérien et de mère française à Aflou en 1941, s’est exprimée devant une centaine d’étudiants issus du master « Lettres : Littératures française et francophones », du master et du DU « Métiers de l’écriture et création littéraire », ainsi que de L3, pour parler de sa trajectoire personnelle, entre deux pays, deux langues, deux univers, d’une rive à l’autre, de la France et de l’Algérie. La rencontre était retransmise également par visioconférence.

Leïla Sebbar a d’abord insisté sur son parcours singulier et atypique : née en Algérie pendant la colonisation, elle a migré en France en 1961 pour suivre des études de lettres à Aix-Marseille. Elle ne se considère pas comme une autrice francophone à proprement parler, ni même franco-algérienne. Si elle a été élevée dans la culture française de sa mère et dans l’absence de transmission de la culture algérienne de son père, elle a gardé néanmoins une fascination très grande pour l’Algérie, qui est devenue son moteur d’écriture : « J’écris le corps de mon père – c’est-à-dire la terre de mon père dans la langue de ma mère », dit-elle pour qualifier « cette situation problématique qui fait que j’écris ». Pour évoquer l’exil meurtrier et fécond à la fois qu’elle a subi, elle revient sur cette situation inversée qu’elle vit : pour elle, son pays natal, c’est l’Algérie (mais bien évidemment, l’Algérie française et coloniale de son enfance, qui figure en réalité comme un pays inconnu et étranger, bien qu’elle y ait vécu pendant 19 ans).

Cette situation complexe explique qu’elle ait cherché à combler son manque d’Algérie en collectionnant toutes sortes d’objets en lien avec ce pays. Qu’il s’agisse de cartes postales chinées dans les brocantes ou de reproductions de peintres orientalistes, ces objets ont pris du sens : « Ils m’ont permis petit à petit d’approcher ce pays », explique-t-elle.

Leïla Sebbar évoque également ce rapport à langue, lui aussi complexe. L’essai Je ne parle pas la langue de mon père (Julliard, 2003, réédition Bleu autour, 2021, préface de Marie-Hélène Lafon) décrit avec profondeur comment elle tente d’approcher « les femmes du peuple de son père » : « C’est comme si j’étais née d’elles », avoue-t-elle. Les récits comme Fatima ou les algériennes au square (Stock, 1981, réédition Elyzad, 2010) ou Parle mon fils, parle à ta mère (Stock, 1984, réédition Thierry Magnier, 2005) sont la marque de cette recherche infinie de proximité avec les femmes algériennes : « J’écrivais dans la langue de ma mère, mais j’entendais l’arabe comme une langue maternelle, comme une berceuse, un chant secret. »

Lettre à mon père (Bleu autour, 2021), son dernier livre, peut-il être considéré comme « une œuvre testamentaire » ? Certes, elle « écri[t] un pays imaginaire, un père imaginaire ». La question du temps y est évoquée, qui est très présente dans son œuvre, sous la forme de l’évocation d’un chemin. Ainsi, la figure de Boucle d’Or, la fugueuse dont elle s’inspire et que l’on retrouve souvent dans son œuvre, est une référence que Leïla Sebbar a évoquée à travers un récit qu’elle a écrit très jeune, à l’âge de sept ans. On comprend dès lors pourquoi l’exil est au cœur de son écriture : « Il y a autant d’exils que de personnes, on peut se sentir en exil dans le même pays. L’exil se transmet. L’exil est là où on ne le sait pas. Il faut lire, écrire, pour comprendre un jour le temps qui passe. »

La rencontre s’est terminée sur les questions des étudiant.e.s, souvent touchantes, qui ont évoqué pour certain.e.s leur propre parcours dans une culture mixte, mais également la manière dont ils et elles ressentent l’écriture de Leïla Sebbar, qui « ne se contente pas ».

À lire, les deux dernières parutions de Leïla Sebbar :

  • Leïla Sebbar & Isabelle Eberhardt, préface de Manon Paillot, Bleu Autour, 2021
  • Lettre à mon père, Bleu Autour, 2021.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Solène Hazouard (16 juin 2022). Rencontre avec Leïla Sebbar. Héritages : Culture/s, Patrimoine/s, Création/s. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v1vz


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search