Rencontres et collaborations ethno-artistiques : la recherche en question

Par Véronique Dassié, chargée de recherches au CNRS et chercheure à Héritages

Contribution issue du séminaire d’Héritages du 23 janvier 2023

Le contenu du numéro d’ethnographiques.org dédié aux rencontres ethno-artistiques sorti en décembre 2021 étant disponible en ligne1, il serait redondant d’en établir ici un résumé. Je profite donc de cette occasion pour dresser un rapide bilan rétrospectif et réfléchir aux contextes qui ont rendu sa parution possible.

Retour sur des rencontres ethno-artistiques

Tandis que les rencontres entre ethnologues et artistes se sont multipliées depuis le début du XXIe siècle, j’ai été moi-même impliquée dans diverses situations d’échanges avec des artistes depuis les années 2000. Ceci pose question : pourquoi, sans avoir l’art comme objet d’étude, se retrouve-t-on, en tant qu’anthropologue, engagé dans ce type de collaboration ? Et surtout comment saisir la portée de ces rencontres ?

Ces enjeux sont d’autant plus importants à saisir que ma première rencontre avec une artiste avait plutôt été a contrario une non-rencontre. Alors étudiante en Diplôme d’Études Approfondies (DEA) à Toulouse et m’interrogeant sur les objets-souvenirs, j’avais sollicité Sophie Calle dont les travaux sur le “rituel d’anniversaire” m’avaient fascinée. L’artiste avait accepté une rencontre et rendez-vous avait été pris dans une librairie parisienne où je découvrais qu’elle avait été invitée pour fêter sa dernière publication. Coincée entre le cercle de ses admirateurs, des petits fours et des coupes de champagne, je m’étais sentie perdue au milieu des mondanités parisiennes. La “rencontre” m’avait laissé l’impression d’un immense décalage, social et culturel. Je remisai cet échange dans la catégorie des entretiens ratés et l’oubliai.

Dix ans plus tard, au cours d’une enquête sur les mémoires des migrations2, je croisai cette fois de manière imprévue d’autres “artistes”, Guykayser et Serge Catanèse. Respectivement plasticien numérique et comédien-metteur en scène, chacun collectait des témoignages dans le cadre de projets artistiques financés par les politiques de la ville à la suite du réaménagement d’un quartier. Je commençai à les “observer”, puis leur proposai des entretiens. Or la situation s’inversa rapidement lorsque je fus à mon tour sollicitée par ces derniers pour nourrir leur démarche. Après nous être mutuellement interviewés vint le temps des rencontres amicales pour échanger sur nos projets. Des affinités intellectuelles et humaines étaient nées autour d’une “complicité amicale”, cette phase que Philippe Geslin voit comme la suite d’un apprivoisement nécessaire à la mise en confiance3.

Entre-temps, j’avais été invitée à un colloque dans le cadre de la Biennale Internationale du Design à Saint-Étienne (2013), puis sollicitée par l’artiste designer Benjamin Loyauté pour la rédaction d’un ouvrage commun (2017). C’est la thématique de l’ouvrage issu de ma thèse sur les Objets d’affection qui me valait cette fois ces rencontres. Enfin, à l’occasion d’une journée d’étude sur les approches sensorielles des forêts (2016), j’invitai à mon tour une artiste-scénographe, Florence Évrard. À cette période, les séminaires sur la collecte ethnographique que nous coorganisions avec Aude Fanlo, Cyril Isnart et Florent Molle, autour d’un binôme chercheur-conservateur, connurent une inflexion vers des artistes lors de la mise en place d’un cycle dédié aux collectes sensorielles. Gabriele David Gandolfo (art relationnel), en 2016, Boris Raux (artiste olfactif), en 2017 et Éléonore de Bonneval (photographe), en 2019, furent ainsi nos invités.

Si le projet de croiser les regards autour d’une thématique commune visait à renforcer l’attractivité d’un séminaire auprès du public, toutes ces rencontres ont aussi donné forme à des publications communes, des expositions, des films, des créations numériques, la réalisation de terrains d’enquêtes partagés, voire des collaborations autour de projets de création ou de recherche. Ces collaborations, à géométrie variable, allaient du simple échange autour de restitutions diverses (publications, séminaires, colloques) à la co-construction de projets scientifico-artistiques.

Un appel à la réflexivité

Pourtant, bien que les binômes ethno-artistiques impliqués dans ce type d’aventure s’accordent à en revendiquer la richesse, les effets de ces rencontres restent peu approfondis. Ils constituent le plus souvent un arrière-plan des productions elles-mêmes. C’est dans cette optique qu’avec l’artiste Guykayser, nous avons souhaité organiser une table ronde sur ce thème dans le cadre d’un congrès4. Les échanges avec d’autres binômes ethno-artistiques ont alors révélé l’écho que pouvaient trouver ces questionnements, mais aussi l’importance d’un appel à la réflexivité des chercheurs et artistes impliqués pour en saisir les enjeux. L’appel est passé par le biais de la revue ethnographiques.org5, car elle permet l’usage de supports diversifiés pour en rendre compte.

À partir des propositions reçues, trois premiers constats s’imposaient :

Le premier était celui d’une intensité des démarches ethno-artistiques dans la recherche contemporaine. Nous avons en effet reçu un volume de propositions inédit, ce qui témoignait non seulement d’une envie de réflexivité, mais aussi sans doute du besoin de voir ce type de démarche reconnu6.

Dans le même temps, les propositions attestaient de la difficulté à mettre en œuvre cette réflexivité dans le cadre de projets dans lesquels les chercheurs et artistes sont contraints par le temps et par l’objectif de réussite. J’en avais moi-même fait l’expérience dans le contexte du projet Expopic7, d’emblée pensé pour réfléchir aux conditions de réalisation d’une exposition participative, mais dont les temps dédiés à la réflexivité avaient finalement été accaparés par la nécessité de discuter des conditions de réalisation du projet. L’ethnographie de nos rencontres nous avait échappé.

Enfin, dernier constat, l’exercice de la publication s’inscrivait paradoxalement en porte-à-faux avec les ambitions souhaitées pour les collaborations. L’écriture scientifique s’avère en effet incompatible avec des projets qui souhaitent justement s’affranchir des modalités traditionnelles de restitution des savoirs académiques. En découle un passage plus aisé à la publication pour celles et ceux familiers des dispositifs narratifs, comme le théâtre en particulier. Notre appel était donc porteur d’une injonction paradoxale : traduire la possibilité de s’affranchir du format de l’écriture scientifique en exigeant une réflexivité critique analytique qui passe justement par l’écriture.

Pourquoi se rencontrer ?

Si la démarche peine à être reconnue et s’adapte peu aux contraintes de l’évaluation académique, pourquoi se rencontrer ? La première attente revendiquée par les chercheurs concerne l’envie de “faire de la recherche autrement”. L’expression semble traduire une forme d’insatisfaction vis-à-vis de modalités de recherche “traditionnelle” dont il serait intéressant d’envisager a contrario les caractéristiques. On peut donc se demander si ce type de pratique n’est pas une réponse aux revendications d’une anthropologie non hégémonique, renforcée par l’injonction à “croiser les regards” dans le sillage du développement de l’interdisciplinarité. Le second intérêt mentionné concerne la possibilité de repenser les formes de restitutions de la recherche pour rendre les productions scientifiques plus attractives, à travers une valorisation esthétique de celles-ci. L’attrait des chercheurs pour les artistes croise ici celui des artistes vis-à-vis des chercheurs, qui voient dans cet échange la garantie d’une onction scientifique sur les créations artistiques8.

Mais il y a aussi des attentes implicites dont il convient de ne pas être dupe. Rappelons que l’artistic turn coïncide aussi avec l’ethnographic turn, repéré dès 1995 par Al Foster. Le développement d’outils méthodologiques communs encourage les échanges. Ils concernent d’ailleurs, dans une large mesure, des artistes-ethnographes qui, comme les ethnologues, réalisent des entretiens, des photographies, des vidéos et collectent des matériaux divers. La rencontre n’est donc pas liée à un type d’art mais à cette démarche commune. Pour autant, la convergence n’est pas exclusivement méthodologique. Le questionnement du réel et le désir de déconstruire les apparences favorisent aussi une connivence intellectuelle critique, alors que le développement d’une anthropologie visuelle a encouragé une réflexion sur les images9. Enfin, et cela n’est à mon sens pas négligeable – quoique cela puisse sembler anecdotique –, il y a aussi me semble-t-il entre artistes et chercheurs une proximité sociale et culturelle, liée à la disponibilité des temps de travail dédiés au futile, qui facilite une sociabilité entre ceux qui se ressemblent. Les traditions savante et artistique ont d’ailleurs contribué à mythologiser ce type de rencontres, à la faveur du mouvement surréaliste au XXe siècle. Si les statuts du chercheur et de l’artiste diffèrent, ils tendent aussi à se rapprocher avec le développement d’une culture du projet. Un habitus de la planification des réalisations à venir et de la quête de financements pour y aboutir en fournit le terreau commun.

Quels effets, pour qui ?

Reste à considérer les effets de ces rencontres. Au-delà des attentes de celles et ceux qui s’y adonnent, que produisent-elles ? Une telle question ne peut faire l’économie des objectifs des politiques publiques qui les financent. Lorsqu’il s’agit des politiques territoriales, financer une démarche ethno-artistique peut devenir une aide à la gouvernance territoriale. Le projet sera alors pensé comme une démarche apte à neutraliser la portée de questions sensibles, un opérateur du consensus, comme dans le cas des migrations abordé dans ce numéro10. Pour d’autres partenaires, comme les associations, ce type de projet peut-être également vu comme le moyen d’infléchir des perceptions et d’encourager des pratiques citoyennes à travers une forme d’empowerment culturel. Les expériences menées par Nicolas Yazgi et Ellen Hertz11 (Yazgi et Hertz 2021), Marina Chauliac et le Laboratoire d’Architectes, Lutteurs, Chercheurs et Artistes (LALCA)12), ou de Jules, le robot activé par le collectif des Dronards13 nous invitent à l’espérer.

Ces projets répondent enfin aux exigences de “valorisation scientifique” et de “médiation des savoirs” devenus des critères de l’évaluation scientifique. Il peut donc y avoir une vision instrumentale de l’artiste pensé comme un “super médiateur esthétique et évènementiel” des savoirs scientifiques.

Mais faire la recherche autrement revient aussi à penser différemment les matériaux d’enquête, leur matérialité, ainsi que sa propre place en tant que chercheur sur le terrain et dans la recherche. N’est-ce pas ce qu’Olivier Tourny et Cédric Paga14 nous disent à travers leur jeu clownesque ? Dans la collaboration, la présence de l’artiste, son regard décalé aident à déconstruire les évidences que le chercheur analyse.

Quid d’une hybridation des pratiques ?

Avouons-le, en lançant cet appel, notre postulat de départ était celui d’une tendance à l’hybridation des pratiques, voire de l’émergence d’une nouvelle discipline que l’on aurait pu appeler une “artropologie”. Mais force est de constater que ces “rencontres” n’appellent pas véritablement une hybridation. S’il convient à chacun de pouvoir s’acculturer au langage de l’autre, il n’y a pour autant ni de demande à “faire art” par les artistes, ni d’injonction à “faire science” de la part des chercheurs. Finalement, il importe presque davantage par ces rencontres que chacun puisse solidement tenir sa place, même s’il convient d’accueillir la démarche de l’autre, d’y être réceptif, voire de lui donner sens.

Cédric Parizot15 propose ainsi, en tant qu’anthropologue, de se nourrir d’interactions qui amènent à un “déplacement épistémologique et méthodologique des pratiques et des savoirs” en empruntant les concepts de “correspondance” à Tim Ingold16 et d’”espèces compagnes” à Donna Haraway17. Arnd Schneider18 mobilise quant à lui les notions de dialogue (speaking terms) et juge plus pertinent de “favoriser l’émergence de centres ou de projets”, propices à la mise en dialogue des arts et des sciences sociales pour “observer ce qui se joue dans ces rencontres et ce qu’elles produisent”, plutôt que de rechercher une hybridation mutuelle.

Cette condition n’est-elle finalement pas un moyen de se prémunir du risque de devenir un opérateur institutionnel ? Huot et Sorrentino19 (Sorrentino et Huot 2021) nous invitent ainsi à dépasser l’enjeu de la restitution scientifique au profit d’une interaction qui permet d’embarquer le spectateur, en référence à la “communauté émancipée” proposée par Jacques Rancière20. N’est-ce pas finalement aussi une manière de renouer avec la recherche fondamentale, à l’heure où son utilité sociale se trouve fragilisée ? La question reste ouverte.

Notes



Citer ce billet
Solène Hazouard (2024, 6 février). Rencontres et collaborations ethno-artistiques : la recherche en question. Héritages : Culture/s, Patrimoine/s, Création/s. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vrm7

  1. Baracchini Leïla, Véronique Dassié, Cécile Guillaume Pey & Guykayser (dir.), 2021. “Rencontres ethno-artistiques” [numéro thématique], ethnographiques.org, n° 42, décembre 2021. URL : https://www.ethnographiques.org/2021/numero-42/. []
  2. Projet Patrimig, Bertheleu Hélène (dir.), UMR CITERES, Tours, 2009. []
  3. Geslin Philippe, 2021. “La Chambre des puissances. Une ethnographie mise en scène”, ethnographiques.org, n° 42, décembre 2021. URL : https://www.ethnographiques.org/2021/Geslin. []
  4. Table ronde “Pratiques scientifico-artistiques”, 144e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, “Le réel et le virtuel”, Mucem, Marseille, 9 mai 2019. []
  5. Rencontres ethno-artistiques – Appel à propositions de la revue ethnographiques.org, 2020. URL : https://www.ethnographiques.org/appels/ethno-artistiques. []
  6. Vaillant Anaïs & La Compagnie 1 Watt, 2021. “Course libre”, ethnographiques.org, n° 42, décembre 2021. URL : https://www.ethnographiques.org/2021/Vaillant_Compagnie-1-Watt. []
  7. Bertheleu Hélène (dir.), UMR CITERES, Tours, GIS Institutions patrimoniales et pratiques interculturelles/ministère de la culture, 2009-2011. []
  8. Dassié Véronique & Julie Garnier, 2011. “Patrimonialiser les mémoires des migrations. L’onction scientifique dans une quête de légitimation”, in Ciarcia Gaetano (dir.), Ethnologues et passeurs de mémoires, Paris et Montpellier, Karthala, p. 109-130. []
  9. Voir Cozzolino Francesca & Kristina Solomoukha, 2021. “De l’ethnographie à la narration visuelle interactive : une enquête par l’image sur l’iconographie zapatiste”, ethnographiques.org, n° 42, décembre 2021. URL : https://www.ethnographiques.org/2021/Cozzolino_Solomoukha. []
  10. Dassié Véronique, Hélène Bertheleu, Julie Garnier & Guillaume Etienne, 2021. “Collaboration ethno-artistique autour d’une thématique sensible : les migrations et leurs patrimoines au musée”, ethnographiques.org, n° 42, décembre 2021. URL : https://www.ethnographiques.org/2021/Dassie_Bertheleu_Garnier_Etienne. []
  11. Yazgi Nicolas & Ellen Hertz, 2021. “Arpenter “Territoire” : retour sur une expérience de théâtre ethnographique”, ethnographiques.org, n° 42, décembre 2021. URL : https://www.ethnographiques.org/2021/Yazgi_Hertz. []
  12. Chauliac Marina & LALCA (Florent Ottello, Corentine Baudrand, Julie Bernard), 2021. “Dans l’intimité des bains-douches. Une expérience collective de recherche-création”, ethnographiques.org, n° 42, décembre 2021. URL : https://www.ethnographiques.org/2021/Chauliac_LALCA. []
  13. Drouet Jeanne, Gaëtan Bailly, Adelin Schweitzer, Marie-Thérèse Têtu-Delage & Pina Wood, 2021. “Jules, la machine à conversation. Ou les dronards à l’épreuve d’une expérience art-science”, ethnographiques.org, n° 42, décembre 2021. URL : https://www.ethnographiques.org/2021/Drouet_Bailly_Schweitzer_Tetu-Delage_Wood. []
  14. Tourny Olivier & Cédric Paga, 2021. “Le clown et l’ethnomusicologue. Retour d’expérience d’une hétérographie circassienne”, ethnographiques.org, n° 42, décembre 2021. URL : https://www.ethnographiques.org/2021/Tourny_Paga. []
  15. Parizot Cédric, 2021. “Chroniques à la frontière. Correspondance entre un anthropologue et un jongleur”, ethnographiques.org, n° 42, décembre 2021. URL : https://www.ethnographiques.org/2021/Parizot. []
  16. Ingold Timothy, 2017. Correspondences. Knowing from the inside, Aberdeen, University of Aberdeen. []
  17. Haraway Donna, 2018 [2003]. Manifeste des espèces compagnes. Paris, Flammarion. []
  18. Baracchini Leïla & Cécile Guillaume-Pey, 2021. “Quand l’anthropologie rencontre l’art. Entretien avec Arnd Schneider”, ethnographiques.org, n° 42, décembre 2021. URL : https://www.ethnographiques.org/2021/Baracchini_Guillaume-Pey. []
  19. Sorrentino Paul & Mathieu Huot, 2021. “Croire, jouer, assister. Une recherche théâtrale sur le rituel et l’activation de l’assistance”, ethnographiques.org, n° 42, décembre 2021. URL : https://www.ethnographiques.org/2021/Sorrentino_Huot. []
  20. Jacques Rancière, 2000. Le partage du sensible. Esthétique et politique, Paris, La Fabrique éditions. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search