Focus sur Cécile Vincent-Cassy

Depuis ton arrivée à CY comme professeure des universités1, quelles y sont tes principales activités ? 

L’activité a été intense depuis septembre 2021 car, en plus d’occuper de nouvelles fonctions de professeure à CY Cergy Paris Université, j’ai pu voir aboutir des projets en cours depuis deux-trois années. J’ai poursuivi le séminaire mensuel international de l’Atlas Marianus (sur les images mariales dans le monde hispanique) que nous avons créé l’an dernier avec Françoise Crémoux (Paris 8). J’ai écrit un livre sur Velázquez (Velázquez. Histoire et fiction, éditions Atlande), sur lequel j’avais publié un livre plus « confidentiel » fin 2020. J’ai participé à cinq colloques portant sur l’histoire de l’art hispanique à l’époque moderne en France et en Espagne, notamment en tant que membre de projets de recherche d’excellence financés par l’Espagne, et je me suis déplacée à Madrid pour faire une conférence à l’Universidad Complutense en novembre.

Je me suis aussi consacrée à coordonner un colloque international qui vient tout juste de se tenir au musée du Prado (10-11 février 2022).

Dans trois semaines se tiendra un autre colloque que je coorganise avec des collègues historiens de l’art de l’Universitat de Barcelona à l’occasion du 400e anniversaire de la multiple canonisation des saints espagnols en 1622, ce qui a constitué un tournant dans l’histoire de la sainteté à l’époque moderne. Je peux y associer mon expertise d’historienne du fait religieux à celle d’historienne de l’art. 

Comment tes travaux s’intègrent-ils dans les axes de recherche d’Héritages ? 

J’ouvre un champ de recherche et d’intérêt nouveau à Héritages en tant qu’historienne de l’art hispanique. Tout est à construire, puisque c’est la première fois qu’une chaire d’art et patrimoine hispaniques existe en France, alors même que ce pays a joué un rôle central pour faire exister l’art espagnol dans le monde au XIXe siècle. L’histoire de l’art hispanique est un domaine de recherche en pleine mutation et il intéresse de plus en plus de jeunes chercheurs. Par ailleurs, je me penche sur des questions d’épistémologie et d’historiographie de l’image, notamment religieuse, ce qui me permet de construire un dialogue avec les collègues qui s’intéressent aux questions de création par image et texte. 

Deux mots sur l’exposition de la bibliothèque du Prado à laquelle tu as travaillé : quelle est son approche ?

À l’occasion de l’organisation du colloque Leer la imagen. Julián Gállego y los estudios del Siglo de Oro, qui s’est tenu les 10 et 11 février 2022 au Prado, la bibliothèque du musée nous a proposé à Jesús Ponce Cárdenas, co-directeur du colloque, et moi, de faire une sélection des travaux et papiers de l’historien de l’art Julián Gállego, dont les archives ont été déposées au Prado il y a quelques années.

Julián Gállego (1919-2005) a été une figure déterminante dans plusieurs domaines de l’histoire de l’art espagnol au XXe siècle. Il a notamment joué un rôle de médiateur entre France et Espagne dans les années 1950-1970 puisqu’il s’est installé à Paris, où il a fait une thèse sous la direction de Pierre Francastel (sociologie de l’art) intitulée Culture symbolique, la peinture et la société espagnole du Siècle d’Or. L’interprétation symbolique de la peinture espagnole, et publiée chez Klincksiek en 1968 en français, avant de l’être en espagnol. Il a renouvelé le regard sur une peinture qui faisait (et fait encore souvent !) l’objet d’une vision assez cliché d’art réaliste, spontané, immédiatement compréhensible. Le colloque qui vient de se tenir portait donc sur la question de l’interprétation des œuvres. Une seconde ligne de débat portait sur les liens entre art et littérature (la fameuse ekphrasis), et la troisième sur l’art comme fait social, puisque Gállego a publié sur le statut des peintres au XVIIe siècle, d’artisans à artistes. 

Comme il avait gardé beaucoup d’objets et de papiers, la sélection a été difficile. Nous avons décidé d’exposer quelques-uns de ses livres, ainsi que des dessins et des cahiers de notes utilisés pendant la réalisation de sa thèse, des articles et discours annotés, et enfin des éléments de la préparation de la grande exposition sur Velázquez de 1990 (New York-Madrid), qui a fait date. Gállego en a été le commissaire, et a rédigé toutes les fiches du catalogue. On peut ainsi voir dans quatre vitrines des objets qui montrent l’atelier d’un historien de l’art de talent, cultivant le goût de la littérature, dessinant aussi bien qu’il écrivait.

Entretien réalisé en février 2022 par Vivien Barrière, maître de conférences en Histoire-Archéologie à CY Cergy Paris Université, chercheur et chargé de mission communication à Héritages.

En savoir plus sur le séminaire “Atlas Marianus Ibericus

Notes

  1. Depuis mars 2023, Cécile Vincent-Cassy est la nouvelle co-directrice de l’UMR Héritages, aux côtés de la nouvelle directrice, Julie Amiot-Guillouet, ndlr. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Solène Hazouard (7 juillet 2023). Focus sur Cécile Vincent-Cassy. Héritages : Culture/s, Patrimoine/s, Création/s. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v1x5


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search