Focus sur Chiara Bortolotto

Chiara, avant de rejoindre Héritages, quel est votre parcours antérieur et comment en êtes-vous venue à travailler sur le PCI ?

Ma rencontre avec le patrimoine culturel immatériel (PCI) s’est faite par sérendipité : un stage à la commission nationale italienne pour l’Unesco m’a permis d’assister aux négociations qui ont abouti, en 2003, à la Convention pour la sauvegarde du PCI. Par la suite, j’ai fait de la mise en œuvre de ce standard international un terrain ethnographique. Mon engagement avec les acteurs de ce dispositif (Unesco, société civile, administrations du patrimoine en Europe) m’a offert une entrée privilégiée pour comprendre la fabrique globale du PCI tout en me plaçant dans une posture ethnographique complexe et non conventionnelle. Du point de vue institutionnel, ce parcours s’est déroulé à cheval sur cinq pays (Italie, France, Belgique, Royaume-Uni et Suisse) et a été possible grâce au soutien d’agences européennes et nationales de financement de la recherche.

En quoi consiste la chaire Unesco PCI et Développement Durable (DD) ? Quel sens y a-t-il selon vous à associer ces deux notions ?

La chaire est censée être un projet collectif permettant d’explorer l’essor d’impératifs de durabilité dans les politiques du patrimoine. Ce travail met au jour les effets d’un tel développement sur les représentations du patrimoine et sur ses usages ; il interroge par conséquent aussi les compétences et les méthodes nécessaires à sa gestion.

Mon ambition est d’aborder l’articulation entre PCI et DD de façon à la fois analytique et engagée. Cela implique d’une part de questionner la tension entre des standards normatifs et technocratiques de durabilité, incarnés par exemple dans les ODD, et les particularismes de modèles non-extractifs et alternatifs d’équilibre et d’inclusivité. D’autre part, ce projet vise aussi à imaginer des façons de se servir concrètement du PCI comme un outil pour faire face aux risques et aux angoisses provoqués par les bouleversements qui affectent nos sociétés sur le plan environnemental, social et économique.

Associer la notion de développement durable à celle de PCI permet donc à mon sens de faire ressortir le potentiel de ce dernier pour devenir un acteur de changement social dans un moment charnière où nous sommes appelés à imaginer de nouvelles façons de nous projeter dans l’avenir.

Tricot, 11e session du Comité intergouvernemental de sauvegarde du PCI, Centre de conférences
de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique à Addis-Abeba, Éthiopie,
novembre 2016. Photo : Chiara Bortolotto.
Quelle est la première action que vous envisagez de mettre en place ?

Je voudrais créer un espace de réflexion où, à partir de questionnements très pratiques, des étudiants et des chercheurs avec des décideurs et des administrateurs pourraient imaginer de nouveaux outils pour penser le PCI en termes de durabilité. Cela demande l’articulation de compétences interdisciplinaires, de collaborations intersectorielles, ainsi que la capacité de se pencher réflexivement sur cette démarche et sur les effets qu’elle a l’ambition de provoquer.

Entretien réalisé en novembre 2021 par Vivien Barrière, maître de conférences en Histoire-Archéologie à CY Cergy Paris Université, chercheur et chargé de mission communication à Héritages.

Plus d’informations sur la chaire Unesco PCI et DD sur le site d’Héritages


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Solène Hazouard (7 juillet 2023). Focus sur Chiara Bortolotto. Héritages : Culture/s, Patrimoine/s, Création/s. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v1x3


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search