Focus sur Sylvie Sagnes

Peux-tu nous décrire ton parcours de spécialiste de l’anthropologie de la culture ?

Historienne de formation, je me suis “convertie” à l’anthropologie l’année de ma maîtrise. Comme beaucoup de mes collègues ethnologues formés à Toulouse, j’ai découvert la discipline en licence dans les cours d’Agnès Fine. La question des “racines”, objet de ma thèse, me prédisposait à explorer les terrains du patrimoine et, de fait, après mon recrutement au CNRS concomitant de la création du LAHIC, mes travaux se sont inscrits dans les axes et les programmes de ce laboratoire. Je me suis intéressée aux passions du passé qui animent nos contemporains, à partir des multiples points d’accroche : les acteurs, les réceptacles de la valeur culturelle, les étapes du processus d’institution patrimoniale (notamment la médiation), les enjeux identitaires qui sous-tendent la jouissance des biens distingués.

Non loin de Toulouse, Carcassonne où se situe l’ethnopôle GARAE que tu présides : de quoi s’agit-il ?

Par ses consonances, l’acronyme situe la naissance de cette association loi 1901, en 1981. Le Groupe audois de recherche et d’animations est à la fois un centre de documentation spécialisé en ethnologie et une maison d’édition, ces deux secteurs d’activité constituant les tenants et aboutissants d’une action dont le cœur est la recherche en ethnologie et sa valorisation. Son projet scientifique et culturel s’organise autour de quatre axes très liés les uns aux autres : l’histoire de l’ethnologie, l’anthropologie du patrimoine, l’ethnologie des territoires et le patrimoine culturel immatériel. Sa labellisation “ethnopôle” par le ministère de la Culture consacre une démarche à double détente : une contribution aux grands axes de développement de l’anthropologie et une attention aux interrogations locales, portées par les collectivités et les institutions culturelles.

L’ethnopôle est à l’origine d’un groupement d’intérêt scientifique “Patrimoines en partage” qui s’intéresse aux moments où le patrimoine se donne en partage au public : quels sont les projets du moment de ce groupe ?

La naissance du GIS a été quelque peu contrariée par le contexte perturbé que nous connaissons depuis quelques mois. Néanmoins, quelques projets ont vu le jour : un colloque international sur le thème “Entre arts et patrimoines” qui se tiendra en décembre à Carcassonne, un séminaire nomade dont Héritages est l’un des partenaires et qui, de Toulouse à Cergy, en passant par Paris, portera sur la question des reconstitutions du passé, auxquels s’ajoute un terrain partagé, à Lyon, celui de Lugdunum, musée et théâtres romains. Les partenaires fondateurs travaillent également à finaliser différents manuscrits issus des opérations de préfiguration, en particulier Vivre et faire vivre le Moyen Âge et Sauveurs culturels. Anthropologie des activistes patrimoniaux.

Entretien réalisé en septembre 2021 par Vivien Barrière, maître de conférences en Histoire-Archéologie à CY Cergy Paris Université, chercheur et chargé de mission communication à Héritages.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Solène Hazouard (7 juillet 2023). Focus sur Sylvie Sagnes. Héritages : Culture/s, Patrimoine/s, Création/s. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v1x2


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search