L’écriture de la recherche

Dimension heuristique et porosité entre écriture de la recherche et écriture littéraire

Leonetto Cappiello, Remington, Ets. Vercasson, 1913. © Source : Bibliothèque Forney

Projet de recherche en cours

Contribution de Violaine Houdart-Merot (professeure émérite en littérature à CY Cergy Paris Université et chercheure à Héritages)

Résumé. — Cette contribution présente un projet de recherche collective sur l’écriture de la recherche dans les sciences humaines et sociales. Il part d’un double constat : d’une part, le clivage ancien entre écriture littéraire et écriture scientifique est actuellement remis en question, aussi bien dans les recherches en histoire qu’en littérature, et, d’autre part, le recours au récit, voire à la fiction prend une place accrue en anthropologie. Quelles sont les conséquences de ces changements sur les processus d’écriture : l’écriture de la recherche a-t-elle aujourd’hui, comme pour beaucoup d’écrivains, une dimension heuristique ? Est-elle un instrument de découverte ? Enfin, des hypothèses sont émises sur les causes et les enjeux de tels changements.

Mots Clés. — écriture de la recherche, écriture créative, processus d’écriture, histoire, littérature, anthropologie.

Writing in research. Heuristic dimension and porosity between research writing and literary writing

Current research project

 Abstract. This contribution presents a collective research project on writing in research in the humanities and social sciences. It starts from an observation: the old divide between literary writing and scientific writing is currently being questioned in France, both in historical research and in literature. Resorting to narrative, even to fiction is taking an increasing place in anthropology. What are the consequences of these changes on the writing process: does research writing today, like for many writers, have a heuristic dimension? Is it an instrument of discovery? Finally, hypotheses are made on the causes of such changes and wider issues at stake.

 Keywords. — research writing, creative writing, writing process, history, literature, anthropology


Introduction

Ce projet de recherche1 part d’un constat : celui d’un tournant actuel dans la manière d’écrire la recherche et de penser l’écriture de la recherche dans la plupart des sciences humaines et sociales, notamment en histoire et en littérature et, sans doute depuis beaucoup plus longtemps, en anthropologie. On observe une porosité nouvelle entre écriture de la recherche et écriture dite « littéraire » ou « créative ». Quelles en sont les conséquences ? L’écriture nous semble prendre aujourd’hui une dimension heuristique, autrement dit être consubstantielle à la recherche.

Il s’agira donc à la fois de vérifier cette hypothèse, d’en comprendre les causes et d’en analyser les enjeux.

Le clivage historique entre écriture de la recherche scientifique et écriture littéraire

Un rapide retour historique est nécessaire pour comprendre comment, depuis la fin du XIXe siècle, s’est pensée l’écriture dite « scientifique », par opposition à une écriture « littéraire ».

En histoire : des belles-lettres à la science historique

Rappelons d’abord que la littérature dans son acception moderne ne date que du XVIIIe siècle et qu’elle n’a été nommée et distinguée d’autres disciplines qu’au XIXe siècle. Jusque-là, la res literaria, la matière littéraire, englobe tout savoir qui s’élabore à partir du langage écrit, toute science dépendant de l’étude des textes antiques. « Toute science, écrit Marc Fumaroli dans L’Âge de l’éloquence, de la médecine à la géographie, des mathématiques à l’histoire, est alors fondée sur l’étude des textes antiques qui lui servent de point de départ » (Fumaroli 1980 : 18).

La séparation entre la littérature et l’histoire, dans leur sens actuel et leur prise d’autonomie mutuelle, intervient à la fin du XIXe siècle, après la période des « belles-lettres » qui englobaient les deux disciplines. C’est à la même période que l’histoire se rallie à la science, au moment même où se développe l’histoire littéraire et où les études littéraires s’écartent de la rhétorique, soupçonnée d’être contraire à l’esprit scientifique. La naissance de cette science historique, explique Ivan Jablonka, suppose un point de vue universel, un mode objectif, le détachement du savant, l’expulsion du je, et enfin un idéal de transparence. Tout un ensemble de règles engagent l’historien à produire, écrit-il, « un non-texte emballé dans une non-écriture » (Jablonka 2014).

En littérature : écriture scientifique et « non-style »

De la même manière, la recherche universitaire dans le domaine littéraire a été très marquée par le contexte positiviste dans lequel elle s’est développée, au tournant du XIXe et du XXe siècles : méfiance, voire rejet de la rhétorique ; méfiance à l’égard de toutes les formes de subjectivité, avec cette idée persistante que l’écriture est seconde et secondaire par rapport à la pensée, selon la conception ancienne d’une antériorité de la pensée sur le langage.

L’ouvrage de Charles Coustille issu de sa thèse, et intitulé Antithèses (2018), est précieux pour comprendre le rapport à l’écriture dans les thèses de littérature et son évolution depuis le XIXe siècle. Analysant des thèses d’écrivains depuis cette période, il observe que, dès le XXe siècle, « écritures littéraires et universitaires s’autonomisent les unes des autres », ce qui n’était pas le cas auparavant, dans les thèses d’Hippolyte Taine ou de Stéphane Mallarmé. De fait, dans les manuels destinés aux doctorants, la question du style est pour ainsi dire absente, tout étant focalisé sur la dispositio. Coustille montre en quoi on a transféré au domaine littéraire des habitudes scientifiques issues d’autres sciences, aboutissant à ce qu’il appelle un « non-style ». La méfiance envers le style et sa mise à l’écart pourraient s’expliquer par la méfiance envers la rhétorique, conçue comme un exercice de style au détriment de la rigueur et de la clarté. Cette conception du travail de thèse touche notamment la place de l’écriture dans le processus de la recherche. Comme dans les sciences expérimentales, l’écriture ne peut commencer qu’une fois la phase de recherche achevée. Dans un tel contexte, l’écriture de la recherche en littérature ne saurait avoir de dimension heuristique.

En anthropologie : la tradition du deuxième livre

En ce qui concerne l’anthropologie, les travaux concernant l’écriture de la recherche sont nombreux et anciens, et l’éclairage de chercheurs contemporains permettra de pointer les spécificités et points de contact avec les autres sciences humaines. Si l’on se réfère à l’ouvrage de Vincent Debaene, publié en 2010, L’Adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature, il semble aussi que l’ethnologie se soit pensée dans les années 1920 comme une science. Mais l’auteur constate qu’un bon nombre d’ethnologues de l’entre-deux-guerres, quand ils revenaient du terrain, publiaient deux livres, l’un scientifique, l’autre littéraire, en commençant par Alfred Métraux qui, dès 1941, publia L’île de Pâques, quelques mois après un premier ouvrage « scientifique ». Ce deuxième livre est souvent pensé, explique Debaene, comme une compensation aux insuffisances de la science. Mais les travaux plus récents d’Éléonore Devevey montrent que ce deuxième livre prend d’autres formes à partir de la seconde moitié du XXe siècle, avec d’autres implications (Devevey 2018).

Des remises en question dans diverses sciences humaines

En tout cas, ce clivage entre écriture de la recherche et écriture littéraire, au nom de l’exigence de scientificité, est actuellement remis en question dans diverses disciplines.

Ainsi, dans le domaine de l’histoire, Ivan Jablonka revendique fortement une dimension littéraire : dans L’Histoire est une littérature contemporaine, il défend l’idée qu’« écrire de l’histoire c’est écrire » et que « l’histoire produit de la connaissance parce qu’elle est littéraire, parce qu’elle se déploie dans un texte, parce qu’elle raconte, expose, explique, contredit, prouve, parce qu’elle écrit-vrai» (Jablonka 2014 : 14). Cet ouvrage est à vrai dire un double plaidoyer, non seulement pour la dimension littéraire de l’écriture de l’histoire, mais aussi pour la légitimité de la littérature à traiter du réel. Il imagine une « science sociale » qui serait « une forme hybride qu’on peut appeler texte-recherche ou creative history – une littérature capable de dire vrai sur le monde » (Jablonka 2014 : 19). De son côté, un historien comme Philippe Artières explore aujourd’hui des « rêves d’histoire » (Artières 2014), en jouant sur les deux sens du mot histoire, et sur les possibilités pour l’histoire comme science de se frotter à la fiction, par un autre usage de l’archive et de nouvelles manières d’écrire l’histoire.

En littérature aussi, le clivage entre écriture de recherche et écriture littéraire est remis en question depuis quelques décennies, d’abord de manière marginale, par un certain nombre d’écrivains-universitaires. Dans cette évolution, Roland Barthes joue un rôle évident : Charles Coustille a longuement étudié la conception qu’il se fait de la thèse comme « un anti-académisme », mais qui, contrairement à Charles Péguy, « s’accommode d’une inscription universitaire ». Pour Barthes, l’écriture occupe une place cardinale. Il critique la tendance du discours scientifique à considérer le langage comme un véhicule transparent, neutre, « assujetti à la matière scientifique ». Le structuraliste, affirme Barthes, « doit se transformer en écrivain » (Barthes 2002 : 1267). Coustille étudie de la sorte un certain nombre d’écrivains thésards pour lesquels, depuis 1975, des dialogues s’élaborent entre la thèse et l’œuvre littéraire, qu’il s’agisse de faire de la thèse une œuvre à part entière, comme Jean-Benoît Puech, ou bien de la concevoir comme un réservoir pour l’œuvre à venir, comme Michel Maulpoix.

Mais c’est surtout l’émergence des doctorats de « recherche-création » (voir Houdart-Merot 2018, Houdart-Merot & Petitjean 2021), présents depuis longtemps au Canada, mais beaucoup plus récemment en France, qui amène à remettre en question l’approche académique de l’écriture de la recherche. En effet, la recherche-création repose sur un double postulat : d’une part, la recherche en littérature peut devenir aussi une recherche par la littérature, par son expérimentation. Et, d’autre part, la littérature elle-même est une forme de recherche, apportant un savoir spécifique. En abordant la recherche par l’expérimentation littéraire, un travail de recherche-création associe de manière dialectique écriture créative et théorisation, cette association amenant parfois à aborder différemment l’écriture théorique. Cette nouvelle approche touche donc aussi, en profondeur, au statut de l’écriture de la recherche. De fait, le volet théorique de certaines de ces nouvelles thèses de recherche-création relève davantage du genre de l’essai, qui assume une certaine subjectivité et engage « un effort conjoint de style et de pensée », selon la définition qu’en donne Marielle Macé dans Le Temps de l’essai (Macé 2006 : 322). En suivant le déroulement d’une pensée en acte, l’essai se rapproche aussi du récit. On pourrait citer la récente Habilitation à diriger des recherches (HDR) en pratique et théorie de la création littéraire, soutenue par Jean-Marc Quaranta à Toulouse en novembre 2020 : son inédit était une biographie du chauffeur et secrétaire de Marcel Proust, Alfred Agostinelli. À partir d’une recherche dans les archives de Nice sur Agostinelli, à partir aussi de l’analyse de la correspondance et des brouillons de Proust des années 1913 et 1914, il éclaire le rôle de ce jeune homme auprès de l’écrivain et dans la genèse de son œuvre. Mais cette biographie est en même temps le récit de la recherche elle-même, conçue comme une enquête à la première personne dans laquelle le chercheur est lui-même impliqué.

On observe également de nouvelles formes de porosité entre écriture scientifique et littéraire chez un certain nombre d’anthropologues aujourd’hui. Éléonore Devevey parle de « virage littéraire » de l’ethnologie et d’inflexion littéraire au milieu des années 1980 (2018). On pourrait multiplier aussi des indices de ces changements depuis 2000. Dans un entretien avec Thierry Wendling, Daniel Fabre confiait : « J’aime écrire des articles un peu comme des contes » et disait à ses étudiants qu’une thèse, c’est un roman (Wendling 2013). De même, la publication récente de Nastasia Martin, Croire aux fauves (2019), est un récit qui mêle ce qu’elle appelle ses « cahiers de couleur » et ses « cahiers noirs », c’est-à-dire l’enquête d’anthropologue d’un côté, et l’aventure nocturne et personnelle de l’autre, ce récit étant nettement à la jonction de la littérature et de l’anthropologie. En mêlant l’intime et la réflexion anthropologique, elle explore la métamorphose qu’entraîne l’enquête de terrain pour elle-même dans son rapport à l’ours et à l’animisme. Pensons aussi aux Vivantes, ouvrage de Richard Rechtman, anthropologue et psychanalyste (Rechtman 2013). Dans un séminaire de mai 2021, il expliquait que, pour rendre compte de ce qu’ont vécu les victimes des khmers rouges au Cambodge, la forme de l’écriture académique ne convenait plus (Rechtman 2021). Pour raconter ce qui s’entendait en position de psychothérapeute ou d’anthropologue, il lui fallait sortir de la position académique, inventer un personnage et laisser parler à la première personne une femme qui représentait plusieurs femmes. Il lui fallait utiliser un je qui n’était pas lui, avoir recours à un artefact littéraire, à une fictionnarisation du témoin pour échapper à l’usurpation.

On pourrait citer aussi les travaux actuels autour de la nouvelle écologie, avec Emanuele Coccia, ou la zoologie, avec Vinciane Desprets, sensibles au fait qu’il faut inventer une nouvelle manière d’écrire et de décrire le monde. Ainsi, Vinciane Desprets utilise la fiction – on pourrait même parler de « science-fiction » – dans son dernier ouvrage au titre évocateur, Autobiographie d’un poulpe et autres récits d’anticipation (Despret 2021).

Autrement dit, aussi bien en littérature qu’en zoologie, en histoire qu’en anthropologie, la recherche a recours aujourd’hui à des modalités d’écriture littéraire, qu’il s’agisse d’éléments fictionnels ou autobiographiques, ou encore de l’implication du chercheur sous des formes différentes – écriture essayiste ou récits.

De nouveaux processus d’écriture de la recherche ? Une écriture heuristique ?

C’est en partant de ce constat – la remise en question actuelle du clivage historique entre écriture scientifique et littéraire – que je souhaite explorer de manière plus précise les processus d’écriture actuels dans la recherche en sciences humaines et sociales.

De fait, en littérature, la recherche-création déplace en partie la question de la recherche en littérature du côté des processus de création ; elle amène donc à se poser la question de l’écriture dans sa dimension heuristique, comme opérateur de recherche.

Cette dimension heuristique de l’écriture est, on le sait, au cœur de la démarche créative d’un grand nombre d’écrivains. Pensons à Marguerite Duras qui affirme fortement dans Écrire qu’écrire c’est l’inconnu et qu’on n’aurait pas besoin d’écrire si on savait à l’avance pourquoi on écrit (Duras 1993 : 64-65) ; ou encore à Henry Bauchau qui affirme dans L’écriture à l’écoute que le poète n’est pas maître chez lui, que c’est pendant qu’il écrit un poème qu’il découvre peu à peu ce qu’est ce poème (Bauchau 2000). L’écriture sert pour lui à dévoiler l’inconnu. Quant à Francis Ponge, il retourne le précepte de Boileau et présente l’écriture comme un moyen d’explorer ce qui se conçoit mal : « Rien n’est intéressant à exprimer que ce qui ne se conçoit pas bien » (Ponge 1999 : 530).

Parfois, des chercheurs font le même constat. Ainsi, pour Philipe Forest, qui est à la fois écrivain et enseignant-chercheur, il existe une porosité entre son activité créatrice et son activité critique. On peut citer aussi le témoignage de Laurent Loty, historien des imaginaires et des idées : il ressent, écrit-il, la même impression dans un texte discursif que dans un texte fictionnel, de « découvrir au fur et à mesure de l’écriture ce que l’on croyait savoir auparavant » (Loty 2021 : 119).

Cette même conception de l’écriture comme outil d’approche de l’inconnu est défendue par l’anthropologue Jeanne Favret-Saada, quand elle explique que son travail consiste à explorer « mille aspects d’une opacité essentielle du sujet à lui-même » (Favret-Saada 1990 : 3-9) et qu’elle ne croit pas à la transparence du sujet à lui-même.

Peut-on néanmoins, dans tous les cas, parler d’écriture heuristique et n’y a-t-il pas des spécificités propres à chacune de ces disciplines ? Il s’agira donc de confronter des témoignages ou des analyses de chercheur.e.s – dans diverses disciplines appartenant aux sciences humaines et sociales – sur la manière dont ils ou elles s’y prennent pour écrire : à quels moments l’écriture intervient-elle ? Est-elle consubstantielle à la recherche, ou bien représente-t-elle une phase finale ? Dans quelle mesure l’écriture oriente-t-elle ou non leur recherche, suppose-t-elle un travail réflexif ? Qu’apporte le fait d’avoir recours à la fiction pour rendre compte d’une découverte dans un domaine de connaissance ? Quelles sont les zones d’opacité qu’une écriture littéraire pourrait mieux approcher, voire éclairer ?

Quelles causes ? Quels enjeux ?

Cet ensemble de questions amène dans un second temps à s’intéresser aux raisons d’être et aux enjeux de ces changements dans la manière de penser l’écriture de la recherche. Je vois trois pistes d’explications possibles qui demanderaient à être vérifiées et approfondies.

Une porosité renforcée entre les différentes sciences humaines et sociales

Cette exploration des processus d’écriture dans la recherche en sciences humaines et sociales va de pair, me semble-t-il, avec une autre porosité, qui va à l’encontre de l’étanchéité habituelle entre les disciplines en France : la porosité des sciences humaines et sociales entre elles – sans pour autant que l’on revienne à l’époque des belles-lettres…

Ainsi, les écrits des historiens renouent avec le récit, les anthropologues se frottent à la fiction ou à l’autobiographie, et certains chercheurs en littérature, comme Pierre Bayard, revendiquent le fait d’écrire des « fictions théoriques ».

Une autre idée de la littérature

Si la recherche brouille les clivages entre écriture « littéraire » et écriture « scientifique », c’est aussi sans doute parce qu’une autre « idée de la littérature » se développe : ouverte, comme l’a analysé Alexandre Gefen, à l’anthropologie culturelle, à la littérature écologique et à la littérature dite « d’intervention », une idée contemporaine de la littérature qui ne répugne pas à assumer une fonction « cognitive, anthropologique et politique » (Gefen 2021 : 200). Ainsi, bien des écrivains s’intéressent aujourd’hui aux enquêtes de terrain ou transforment l’autobiographie en auto-socio-biographie, comme Annie Ernaux ou Édouard Louis.

Quels en sont les enjeux ou les dangers éventuels ?

Une autre relation à la science et aux savoirs

Autre piste à explorer, qui pourrait bien expliquer les transformations actuelles de l’écriture de la recherche : une relation nouvelle aux savoirs. Ainsi, Jacques Tassin, chercheur en écologie végétale, préconise dans Pour une écologie du sensible (2020) une autre manière d’appréhender le réel, rappelle la dimension humaine et sensible de notre rapport à la Nature, et recommande d’avoir recours non seulement à l’intellect, mais aussi à la sensibilité. Il y aurait eu selon lui une rupture ancienne avec le sensible chez les philosophes, rupture qui aurait trouvé son point d’aboutissement avec Descartes (Tassin 2020). Il propose donc de fonder une nouvelle écologie, de penser comme un tout indissoluble le vivant et son environnement. De même, un certain nombre d’écrivains aujourd’hui, notamment parmi les tenants de la littérature du réel et de l’enquête, revendiquent le fait de contribuer à la production de savoirs par d’autres voies, tels Emmanuelle Pireyre, Hélène Gaudy ou Patrick Modiano. Ils entendent faire de la littérature un « protocole de savoir », comme l’a bien mis en lumière Laurent Demanze dans Un nouvel âge de l’enquête (Demanze 2019 : 163).

Il me semble que les transformations de l’écriture de la recherche sont à analyser en tenant compte de cette relation nouvelle à la science et aux savoirs en général. En revendiquant de produire du savoir, la littérature contribue à transformer aussi le rapport à la recherche et à bousculer sa prétention scientifique.

Cette problématique donnera donc lieu à deux journées d’étude résolument pluridisciplinaires, ouvertes à tous les membres de notre UMR intéressé.e.s par la question des processus de l’écriture de la recherche, et pour laquelle nous pensons solliciter également des chercheur.e.s extérieurs.e., littéraires, sociologues, historiens ou anthropologues, dont certain.e.s ont déjà manifesté leur intérêt pour ces questions.

Références bibliographiques

Artières Philippe, 2014. Rêves d’histoire. Pour une histoire de l’ordinaire, Paris, Gallimard.

Barthes Roland, 2002. « De la science à la littérature », Œuvres Complètes II, Paris, Seuil., p. 1267.

Bauchau Henry, 2000. L’écriture à l’écoute, Arles, Actes Sud.

Coustille Charles, 2018. Antithèses, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées ».

Debaene Vincent, 2010. L’Adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Sciences humaines ».

Demanze Laurent, 2019. Un nouvel âge de l’enquête, Paris, Éditions Corti.

Despret Vinciane, 2021. Autobiographie d’un poulpe et autres récits d’anticipation, Arles, Actes Sud.

Devevey Éléonore, 2018. « L’écrivain comme anthropologue ? pertinence, limites et valeurs d’une analogie », colloque « Que sait la littérature ? », Université de Rouen-Normandie. En ligne : https://webtv.univ-rouen.fr/videos/que-sait-la-litterature-4/ [consulté le 26/11/2021].

Duras Marguerite, 1993. Écrire, Paris, Gallimard.

Favret-Saada Jeanne, 1990. « Être affecté », Gradhiva, revue d’histoire et d’archives de l’anthropologie, n° 8, p. 3-9.

Fumaroli Marc, 1980. L’Âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Genève, Librairie Droz, p. 18.

Gefen Alexandre, 2021. L’idée de littérature. De l’art pour l’art aux écritures d’intervention, Paris, Éditions Corti, p. 200.

Houdart-Merot Violaine, 2018. La création littéraire à l’université, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes.

Houdart-Merot Violaine & AMarie Petitjean (dir.), 2021. La Recherche-création littéraire, Bruxelles, Peter Lang.

Jablonka Ivan, 2014. L’Histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Seuil.

Loty Laurent, 2021. « L’invention de l’idée de conscience : enjeux pour une formation hybride en recherche et création », in Violaine Houdart-Merot & AMarie Petitjean (dir.), La Recherche-création littéraire, Bruxelles,Peter Lang.

Macé Marielle, 2006. Le temps de l’essai. Histoire d’un genre en France au XXe siècle, Paris, Belin, p. 322.

Martin Nastassja, 2019. Croire aux fauves, Paris, éd. Verticales. 

Métraux Alfred, 1980 [1941]. L’île de Pâques, Paris, Gallimard, coll. « Tel », n° 46.

Ponge Francis, 1999. « Méthodes », in Francis Ponge. Œuvres complètes. Tome I, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », n° 453, p. 530 [My creative method, 1947].

Rechtman Richard, 2013. Les vivantes, Paris, Éditions Leo Scheer.

Rechtman Richard, 2021. Intervention le 30 mai 2021 dans le cadre du séminaire « L’expressivité et les formes de vie » (organisé par Alexandre Gefen et Sandra Laugier).

Tassin Jacques, 2020. « Je plaide pour une écologie du désir, de la joie », Propos recueillis par Florent Georgesco et Serge Audier, 2020, Le Monde, 27 février 2020.

Wendling Thierry, « L’intelligence du conte. Entretien avec Daniel Fabre », Revue ethnographiques.org, 26 avril 2013.


Violaine Houdart-Merot est professeure émérite de littérature de langue française à CY Cergy Paris Université. Elle est à l’origine du master de création littéraire et du doctorat de recherche-création littéraire de cette université. Ses travaux portent d’une part sur les littératures française et francophone contemporaines, et d’autre part sur les écritures créatives, la création littéraire et les processus de création.

Elle a notamment publié Écritures babéliennes(Peter Lang, 2006) ; Rires en francophonie (Encrages édition, 2013) ; Pratiques d’écriture littéraire à l’université (avec C. Mongenot, Honoré Champion, 2013) ; Annie Ernaux, un engagement d’écriture (avec P.-L. Fort, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2015) ; La création littéraire à l’université (Presses universitaires de Vincennes, coll. « Libre cours », 2018) ; La Recherche-création littéraire (avec A.-M. Petitjean, Peter Lang, 2021).

Notes



Citer ce billet
Solène Hazouard (2021, 16 décembre). L’écriture de la recherche. Héritages : Culture/s, Patrimoine/s, Création/s. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v1vj

  1. Présenté le 18 juin 2021, lors du séminaire de l’axe 2 d’Héritages. Il donnera lieu à deux journées d’étude, les 23 et 24 mai 2022 : https://www.fabula.org/actualites/lecriture-de-la-recherche-dimension-heuristique-et-porosite-entre-ecriture_105401.php. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search