Séminaire “Recherche-Création”, 25 mars 2021

© Laure Limongi – https://laurelimongi.com/creations/livres/.

Séminaire du doctorat “Recherche-Création”, organisé par Jean-François Puff (PR CY) et Chantal Lapeyre (PR CY)

Compte rendu de la séance avec Laure Limongi, en dialogue avec Valère Clauzel, doctorant de Chantal Lapeyre (PR CY) – par Solène Hazouard, gestionnaire scientifique d’Héritages

Laure Limongi est autrice, performeuse et professeure de création littéraire à l’École nationale supérieure d’arts de Paris Cergy (ENSAPC).

La séance était centrée principalement sur ses trois derniers livres : J’ai conjugué ce verbe pour marcher sur ton cœur (éditions de L’Attente, 2020), On ne peut pas tenir la mer entre ses mains (Grasset, 2019) et Anomalie des zones profondes du cerveau (Grasset, 2015).

Récit et savoir

Valère Clauzel a interrogé l’autrice sur la mobilisation des savoirs scientifiques dans ses textes, en reprenant une citation de son billet D’un bonheur l’autre, lorsqu’elle évoque la triangulation création/édition/transmission : « Voici donc ma ‟flamme éternelle” en trois mouvements. Vous le savez bien : la combustion ne peut avoir lieu que si l’on réunit trois facteurs : deux composés chimiques (un combustible et un comburant) et une source d’énergie (l’énergie d’activation). C’est ce qu’on appelle le ‟triangle du feu”. »

Laure Limongi aime fonctionner par analogie. Elle a souligné la présence d’une structure rhizomique dans Anomalie des zones profondes du cerveau, ouvrage dans lequel elle mentionne la maladie dont elle souffre. À la matière médicale succède ainsi la figure du champignon, qui la conduit à John Cage, avec en toile de fond une méditation sur la souffrance et la mort.

L’autrice a également un goût pour les listes : son ouvrage Ensuite, j’ai rêvé de papayes et de bananes comprend une liste des langues récemment disparues. Dans une première version, cette liste était présentée dans un dépliant séparé, pour constituer un objet scientifique à part entière. Néanmoins, Laure Limongi préfère généralement intégrer ce savoir au récit, car il a selon elle une réelle fonction au niveau de l’histoire.

L’importance du rythme

L’échange a permis de mettre en lumière l’importance des pauses et des changements de rythme pour l’autrice. Dans Anomalie des zones profondes du cerveau, elle avait le désir d’incarner davantage l’histoire et de mettre en place un récit (en italiques) sur un rythme plus lent, l’enchaînement des motifs créant à ses yeux une vitesse. D’où cette histoire, contemplative, qui se déroule au bord du lac Léman pendant une période de vacances. Il était important pour Laure Limongi de faire courir le récit du début à la fin du livre, comme une sorte de fil rouge.

La pratique citationnelle

Gilbert Sorentino dit que les écrivains sont une sorte de « banque collaborative ». Pour Laure Limongi, il est important de se situer dans un intertexte, dans une matière littéraire, car c’est de cela qu’est faite sa vie.

Dans On ne peut pas tenir la mer entre ses mains, elle souhaitait laisser le roman advenir. Elle ne voulait pas instaurer de récit manichéen, d’où une structure en analepses/prolepses qui éclaire le passé des personnages et les rend complexes, ce qui évite un certain manichéisme. L’ouvrage comporte des citations, plus ou moins cachées, qui permettent de faire des pauses. On en retrouve aussi beaucoup dans Anomalie : elles forment une sorte de respiration.

En écrivant On ne peut pas tenir la mer entre ses mains, Laure Limongi s’est posé la question de l’identité, de l’insularité. Elle a effectué de nombreuses recherches à la BNF en ethnologie, sociologie et histoire. Est ainsi né un livre-miroir (en librairie le 6 octobre 2021) portant sur la même période, mais dans lequel l’histoire est racontée par un autre personnage : le père. Ce glissement dans la narration crée de nouvelles ellipses et une transfictionnalité interne différente. L’espace généré dans ses autres livres à l’aide d’une citation est ici créé entre deux volumes (qui peuvent d’ailleurs être lus indépendamment l’un de l’autre).

Laure Limongi a expliqué la présence de la citation de John Giorno : « You’ve got to burn to shine » (« Il faut brûler pour briller ») dans On ne peut pas tenir la mer entre ses mains. Cette citation est placée dans le récit avant la crémation du corps, ce qui permet d’imaginer une sorte d’espoir. John Giorno est un poète très important aux yeux de l’autrice. Comme il était bouddhiste, elle a réalisé une sorte de « bardo » après son décès. En effet, pour les bouddhistes, dans les 49 jours qui suivent la mort, le sangha, c’est-à-dire la communauté, aide l’âme à ne pas être à nouveau réincarnée (ce qui la ferait revenir dans le samsara), mais à enfin toucher la claire lumière et atteindre le nirvana. Laure Limongi a dès lors rendu un hommage poétique et bouddhique à John Giorno sous la forme de 49 vidéos courtes et spontanées, réalisées avec son téléphone portable, au cours desquelles elle-même ou des étudiants lisaient des textes du poète.

Le thème de l’identité, de l’héritage

Chantal Lapeyre a souligné que dans On ne peut pas tenir la mer entre ses mains, le recours aux citations était également lié à la problématique, centrale, de l’identité et de l’héritage. Il s’agit de faire résonner la question de l’héritage comme elle survient, c’est-à-dire par bribes, par un récit fragmenté et lui-même coupé.

Laure Limongi a reconnu que le fil conducteur était de chercher un héritage dans une histoire qui représente une terre brûlée. La phrase d’Ovide « Si poteris narrare, licet » (« Si tu peux le dire, j’y consens ») constitue pour elle une matrice. La chanson Les moulins de mon cœur de Michel Legrand, citée dans l’ouvrage, revêt également une importance particulière. Ces éléments composent une inter-réalité littéraire et artistique.

Sur la question de l’identité et des savoirs ethnographiques, Jean-François Puff a abordé l’histoire du linguiste et anthropologue américain Daniel Everett, protagoniste d’Ensuite j’ai rêvé de papayes et de bananes. Everett découvre une peuplade sans généalogie, vivant dans l’instant, miroir inverse de la violence du clan corse dans Anomalie des zones profondes du cerveau.

La performance

L’autrice reconnaît qu’il lui reste du chemin à parcourir avant d’aboutir à un rapport plus simple à la performance, et déclare « jouer sa peau » à chaque fois.

Dans la performance, elle affectionne le mélange entre une grande implication et une certaine fragilité, le seul écueil possible étant la spectacularisation. L’improvisation est la réponse à l’avènement du tout spectacle, du trop lisse. On n’y est pas dans le champ du spectacle et de l’efficacité. Laure Limongi fait alors le parallèle avec l’improvisation musicale : des moments inattendus peuvent librement advenir.

Triangulation : éditer/écrire/enseigner

Dès le début de sa carrière, Laure Limongi a mêlé tout naturellement écriture et édition. Au-delà de l’écriture, elle souhaitait à la fois être dans la création et partager, échanger, diffuser des savoirs – le seul frein éventuel résidant dans la gestion du temps entre ces deux activités. Venu plus tard, l’enseignement génère pour sa part, au grand bonheur de l’autrice, une émulation réciproque et générale avec les étudiants.

Thèse de doctorat

Enseignant à des étudiants de master en création littéraire, Laure Limongi a trouvé qu’il serait intéressant de se mettre à l’épreuve du doctorat dans cette matière. Ce travail a suivi sa pratique littéraire. S’est alors imposée l’idée d’écrire On ne peut pas tenir la mer entre ses mains, qui constitue la première partie d’un diptyque composé d’un roman et d’un essai.

L’autrice a ensuite réfléchi à une ligne esthétique et à des auteurs qu’elle pourrait mettre en résonance avec son œuvre. En étudiant les textes d’Antoine Volodine, de Leslie Kaplan et de Danielle Mémoire, elle a eu envie d’évoquer ce qu’elle appelle les « littératures de lisière » : ces romans polyphoniques, qui remettent en question la notion de genre.

Bientôt achevé, ce travail de recherche intense que représente le doctorat lui ouvre des perspectives exaltantes et l’aide à penser la transmission.



Citer ce billet
Solène Hazouard (2021, 1 octobre). Séminaire “Recherche-Création”, 25 mars 2021. Héritages : Culture/s, Patrimoine/s, Création/s. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v1vb

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search